Le corps humain est comme un livre qui contient une histoire. Il garde les traces de toutes les expériences vécues. C’est ce qu’on appelle la mémoire corporelle. Pour connaître et comprendre cette histoire, il faut ouvrir le livre et lire les chapitres. C’est un exercice délicat : l’histoire de l’Homme comme celle de son corps n’est pas linéaire. Elle est faite de hauts et de bas. Les émotions laissent des empreintes indélébiles et peuvent conditionner la manière de vivre. Une dépression ou un stress chronique peut gâcher une existence. Une douleur ou une gêne mal gérée peut être source de mal-être général. Comment traiter une anomalie pareille ? Existe-t-il une thérapie adaptée à ces traumatismes ?

Définition : Qu’est-ce que la somatothérapie ?

« Somato » est issu d’un mot grec qui signifie « corps » et thérapie veut dire « traitement ». Le mot somatothérapie peut se traduire par « traitement par le corps ». C’est un ensemble de techniques psycho-corporelles (relatif au corps humain) pour soigner un déséquilibre intérieur. La somatothérapie part du principe que le corps et l’esprit sont étroitement connectés. L’individu est donc amené à ressentir ce lien, à en prendre conscience afin de trouver un équilibre intérieur. Cette thérapie est indiquée à tous les individus qui souffrent d’un mal-être général.

Origines

La relation entre le corps et l’esprit est un sujet qui a toujours préoccupé les humains depuis l’antiquité. C’est la question centrale de la philosophie de l’esprit, l’une des branches de la philosophie. Plusieurs penseurs comme Platon se sont épanchés sur la conception dualiste (relation matière-esprit), dans de nombreuses œuvres. C’est au 19e siècle que naît le terme « psychosomatique », un courant médical qui étudie l’influence du psychisme sur l’organisme. Sa paternité est attribuée au psychiatre allemand Heinroth. La pratique psychanalytique apparaît en 1900 avec Sigmund Freud, pour qui tout acte psychique a un sens. La fin du 20e siècle verra la naissance de la somatothérapie, grâce au psychiatre français Richard Meyer. Il a fondé en 1987 l’Ecole Européenne de Psychothérapie Socio et Somato-Analytique (EEPSSA).

Les outils de la somatothérapie

La somatothérapie s’appuie sur plusieurs outils pour tenter de soigner le mal-être. Ces techniques diffèrent d’un thérapeute à un autre.

L’écoute corporelle

Le corps humain est chargé d’histoire. Il éprouve les joies et les peines de toute une existence. Il est l’acteur physique des messages de notre inconscient, dit-on. Le corps parle et nous envoie des messages. Pour interpréter et comprendre ses signaux, il faut apprendre à l’écouter, à s’écouter. Dialoguer avec son corps permet de mieux appréhender ses peurs, ses désirs, ses rêves… Cette étape est indispensable afin de permettre au patient de se libérer pour se décharger d’un poids parfois inutile.

La danse-thérapie

La danse est un art. C’est aussi un sport qui permet d’améliorer les capacités respiratoires et la circulation sanguine. La danse-thérapie est une méthode basée sur le mouvement. Les pas peuvent être improvisés ou imposés. Le patient doit apprendre à communiquer avec son corps, à créer une complicité. Le but, c’est de l’amener à être bien dans sa peau. La danse-thérapie permet d’améliorer la qualité de vie, en réduisant le stress et l’anxiété. Depuis l’antiquité, la danse fait partie des rituels de guérison dans certaines tribus.

La relaxation

Elle permet de se relaxer. Le patient doit apprendre à faire le vide dans sa tête, dans son esprit. Il doit parvenir à se détendre afin d’évacuer la pression, le stress quotidien. C’est un exercice très délicat. L’objectif, c’est d’atteindre le bien-être intérieur. Plusieurs techniques existent :

  • Jouer et écouter de la musique douce ;
  • Pratiquer un sport ;
  • Rire ;
  • Faire du yoga ;
  • Boire du thé.

La méditation

La méditation est une pratique mentale ou spirituelle. Le patient adopte une posture, celle du lotus est conseillée pour calmer les nerfs. Il ralentit sa respiration et se concentre sur un objet d’observation. L’objet peut être visible et réel. Il peut aussi s’agir d’une représentation intérieure ou d’une sensation qui emmène le patient à fermer les yeux. La méditation permet d’annihiler le flux de pensées négatives qui parcourent continuellement le corps. Le patient doit apprendre à développer son attention et sa concentration pour être plus doux et ouvert.

L’analyse transactionnelle

Élaborée dans les années 1950, l’analyse transactionnelle ou AT a été enrichie au fil du temps. Elle est à la fois une théorie et une thérapie. Elle part du principe que les décisions prises dans l’enfance influent sur le comportement présent. Selon cette théorie, chaque individu est donc fondamentalement positif. L’AT privilégie le pourquoi et se veut donc une thérapie pour aider à reprendre le contrôle vers le bien-être. L’exploration de la personnalité peut se réaliser à deux niveaux :

  • L’analyse structurale, c’est l’étude des communications personnelles (verbales et non verbales) ;
  • L’analyse fonctionnelle est l’étude des comportements.

La programmation neuro-linguistique

Encore appelée PNL, c’est une technique de communication qui se focalise sur les réactions plutôt que sur les comportements. Contrairement à l’AT, la Programmation Neuro-Linguistique privilégie le comment. Elle cherche donc à imiter les meilleures pratiques pour communiquer et s’améliorer. Elle permet de développer des comportements de réussite, en permettant au patient de se fixer des objectifs et de les réaliser.

Bienfaits de la somatothérapie

La somatothérapie utilise plusieurs outils afin d’apaiser la souffrance des patients. La diversité de ces outils assure une efficacité à cette thérapie qui permet au patient de se réconcilier avec la vie. La somatothérapie met en relation les forces intérieures et extérieures de l’individu. C’est pourquoi elle permet :

  • De se réconcilier avec le corps ;
  • D’harmoniser le corps et l’esprit ;
  • De ressentir un mieux-être.

En outre, elle est utile pour relâcher la tension, faire le vide dans l’esprit et vaincre le stress quotidien. La thérapie paraît simple, mais il est préférable de faire appel à un ou des professionnels. Cependant, il s’avère plus délicat de repérer les signes du mal-être.

Pourquoi consulter ?

Le manque d’estime de soi ou de confiance en soi est un des signes d’alerte qui créent un mal-être. Cela se manifeste généralement par une profonde tristesse. Un individu mal dans sa peau préfère s’isoler et évite tout contact. Il déprime et est souvent agressif. Il éprouve du mal à prendre des décisions et à faire face à des situations qui paraissent simples. À ce stade, il est recommandé de consulter un thérapeute afin de ne pas laisser la situation s’empirer.

À quel moment consulter ?

Il n’y a pas de moment prédéfini. Il n’est pas aisé de déceler les symptômes, ce qui n’arrange pas les choses. Parfois, l’individu, agressif, vit dans sa bulle, mais pense que le problème vient des autres. En général, il est conseillé de ne pas attendre trop longtemps avant de voir un thérapeute. Le plus tôt est le mieux.

Déroulement d’une séance

La séance de somatothérapie démarre par un petit entretien d’au moins 10 minutes. Cette étape est nécessaire parce qu’elle permet au thérapeute de mieux comprendre les besoins de son patient. Le praticien pourra donc choisir les outils adéquats pour la séance. Le choix des outils est fonction des attentes de chaque patient. À la fin de la séance, le client se voit accorder un repos de 10 à 15 minutes. Il pourra donc bénéficier des bienfaits de la technique utilisée.

Durée d’une séance

La séance de somatothérapie dure en moyenne 60 minutes. La durée peut aussi dépendre des outils mobilisés. Les séances sont régulièrement espacées. La fréquence des rendez-vous dépendra de la disponibilité du client et du praticien. Cependant, il est conseillé de renouveler l’expérience tous les 15 jours pour un meilleur résultat.

Dispositions à prendre

Avant de débuter une séance, le patient doit être prêt à se confier, à s’ouvrir à son interlocuteur. C’est le seul moyen de panser les blessures afin de ressentir un mieux-être. Le client doit aussi penser à se rendre disponible pour ses séances. La durée de la thérapie dépendra de la manière dont il assimile.

Le métier de somatothérapeute

C’est un art qui permet de se mettre au service des autres. Le somatothérapeute accompagne les individus qui se sentent mal dans leur peau. Il aide ses clients à se libérer de leur traumatisme afin de trouver l’équilibre intérieur. Pour cela, il doit suivre une formation de plusieurs années. Il doit donc avoir une connaissance variée dans plusieurs domaines. C’est un :

  • Professionnel du massage formé à la thérapie ;
  • Professionnel formé à la psychologie humaine ;
  • Psychopraticien, relaxologue et masseur bien-être.

Il doit être proche de ses clients, en développant des qualités d’écoute, d’accueil, de communication et de bon sens.

Que retenir ? Le corps humain renferme une mine d’informations sur le vécu de chaque individu. Il s’exprime en envoyant des signaux. Il faut savoir écouter et interpréter ses signes. S’ils sont négatifs (stress, anxiété), il faut agir en conséquence. Quand on les ignore, l’on s’expose à toute sorte de traumatisme. Ce qui engendre un mal-être qui peut nuire à l’existence. La somatothérapie a été inventée pour apaiser cette souffrance. Les outils qu’elle mobilise privilégient une attention sélective et un travail avec le corps. L’attention sélective est la capacité de se concentrer sur une tâche unique, en ignorant les distractions. Elle correspond à la concentration et implique de se focaliser uniquement sur les informations pertinentes. Quant au travail avec le corps, il se fait à l’aide de mouvements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here