Le cerveau est l’un des organes les plus importants du corps humain. Lorsqu’il est affecté d’une manière ou d’une autre par un trouble, les répercussions se font ressentir sur le corps en général. L’un des troubles les plus redoutables pouvant affecter cet organe est la maladie de Charcot. Quels en sont les causes et symptômes ?

Qu’est-ce que la maladie de Charcot ?

Encore appelée Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), la maladie de Charcot est un trouble affectant le cerveau. Il s’agit plus concrètement d’une pathologie neuromusculaire qui évolue progressivement et qui peut se révéler fatale pour son porteur. C’est une maladie qui entraîne la dégradation progressive des motoneurones, ainsi qu’une aplasie musculaire. Avec le temps, le patient perd l’usage de ses facultés motrices (respiration, marche, déglutition, parole, etc.).

En consultant les informations en ligne, vous pourrez En savoir plus sur la maladie de charcot.

Les causes de la SLA

Si les hommes sont beaucoup plus susceptibles d’être affectés par la maladie de Charcot que les femmes, elle peut être contractée par tous adultes (entre 50 et 70 ans). S’il est difficile de donner avec précision l’origine de cette maladie pour certains spécialistes, les facteurs héréditaires sont en cause (10 % des cas). Malgré que les statistiques à ce sujet ne soient pas très complètes, il n’est pas rare de constater que des personnes issues d’une même lignée soient toutes atteintes de SLA.

La maladie de Charcot est surtout considérée comme un trouble sporadique. Ainsi, elle est plus généralement diagnostiquée chez des personnes n’ayant pas d’antécédents médicaux dans leur famille. Cette situation représenterait près de 90 % de cas et se manifeste par la mutation aléatoire d’un gène causal ainsi que d’un ou plus de gènes de susceptibilité.

Les manifestations de la maladie de Charcot

La sclérose latérale amyotrophique se manifeste de différentes manières. En effet, on distingue deux formes bien définies de SLA. Il s’agit notamment de la forme à début « spinal », et de la forme à début « bulbaire ».

Dans le premier cas, ce sont les motoneurones de la moelle épinière qui sont atteints. Par conséquent, le patient commence à perdre ses facultés motrices. Il peut s’agir des membres inférieurs ou supérieurs, ou les deux.

Quant à la deuxième forme, elle est relative à la dégradation des neurones moteurs du tronc cérébral. Plus présente chez la gent féminine, cette forme de SLA entraîne la perte de la déglutition ainsi que les troubles de la parole.

Dans les deux cas, les fonctions motrices sont souvent les seules qui sont touchées. Les autres fonctions du système nerveux sont épargnées.

Par ailleurs, en plus des troubles moteurs, certains maux peuvent s’ajouter. Il s’agit entre autres de :

  • Douleurs
  • Constipation
  • Troubles respiratoires
  • Trouble du sommeil
  • Amaigrissement
  • Troubles vasomoteurs
  • Œdèmes

La SLA est une maladie incurable. Le décès d’un patient intervient généralement entre 3 à 5 ans après le diagnostic. Cependant, des efforts sont faits dans la recherche. Ainsi, depuis quelques années, il existe des traitements et thérapies destinés à ralentir la progression de la maladie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here